Baisse rapide de la couverture vaccinale, un dégât collatéral de la covid 19…

Auteur : Jean SARLANGUE

La Semaine Européenne de la Vaccination, programmée du 24 au 30 avril, aurait dû être une période privilégiée pour promouvoir cet outil essentiel dans la prévention des maladies infectieuses. La pandémie causée par le coronavirus SARS-CoV-2, responsable de la covid 19, a conduit à l’annulation de toutes les actions de communication prévues dans les medias nationaux et relayées dans chaque région. Un bilan de l’après covid sera cependant nécessaire.

L’extension de l’obligation vaccinale contre 11 maladies pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018 avait nettement amélioré la couverture vaccinale des nourrissons, en particulier contre les méningites à pneumocoque et méningocoque C, mais également contre la rougeole et même les papillomavirus, vaccin pourtant non concerné par l’obligation. Malgré une information précoce auprès des médecins libéraux et des services de protection maternelle et infantile (PMI) pour prioriser la prise en charge au sein des cabinets médicaux des nourrissons âgés de moins de 18 mois, cette évolution bénéfique a subi un coup d’arrêt brutal.

Dés la mi-mars, de nombreuses données dans les pays étrangers étaient en faveur de la rareté et de la bénignité habituelles de la covid 19 chez le nourrisson. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) (1) puis la Haute autorité de santé (HAS) (2) avaient rappelé la nécessité de continuer selon le calendrier en vigueur l’initiation et la poursuite des programmes de vaccination, en alertant sur le risque de conséquences sanitaires graves à l’échelle individuelle mais aussi d’épidémies de maladies à prévention vaccinale, notamment de rougeole. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) s’inquiétait plus précisément de la suspension ou du report des campagnes de vaccination contre la rougeole dans 24 pays et du probable arrêt des campagnes prévues plus tard dans 13 autres pays, laissant un réservoir potentiel de 117 millions d’enfants non protégés contre cette maladie dont le taux de reproduction (le fameux R0 ) est de 18 à 20… R. Nelson (3) rappelait que deux fois plus d’enfants sont morts de rougeole que de fièvre Ebola, lors de la dernière épidémie d’Ebola, celle-ci étant pourtant circonscrite dans une seule région d’Afrique. R. Nelson a également fait part de son inquiétude pour la vaccination contre la poliomyélite au Pakistan, un des trois derniers pays au monde où circule encore ce virus…

En France, un nouvel avis de la HAS du 8 avril 2020 (4) insistait sur l’importance de la vaccination anti-pneumococcique chez les nourrissons âgés de moins de 2 ans et chez les patients au-delà de cet âge mais ayant un risque particulier, indépendamment de la covid 19. Malheureusement, de nombreux parents ont annulé les rendez-vous par crainte de la contagion dans les salles d’attente et du fait des doutes sur les effets potentiels des vaccins sur l’immunité dans ce contexte de pandémie virale.

La consommation de vaccins, évaluée par les données de remboursement de l’assurance maladie (5) montrent une très forte baisse puisqu’au 19 avril elle était de  – 35 % pour les vaccins  penta ou hexavalents des nourrissons, – 67 % pour les vaccins anti-papillomavirus, – 43 % pour les vaccins rougeole-oreillons-rubéole (ROR) et  – 71 % pour la valence  antitétanique. Le nombre de vaccins non réalisés sur l’ensemble des 5 semaines de confinement et à rattraper concernait, respectivement pour ces 4 produits,  77 000 nourrissons de 3 à 18 mois pour les vaccins multivalents, 59 000 adolescentes pour les vaccins anti-papillomavirus, 93 000 enfants pour les vaccins ROR et 285 000 pour les vaccins antitétaniques (et anticoquelucheux) destinés aux rappels des enfants, adolescents et adultes.

Alors qu’après cette évaluation le confinement strict s’est poursuivi encore pendant trois semaines, l’Académie de médecine (6) a recommandé de rattraper au plus tôt les retards de vaccination qui se sont ainsi accumulés, en priorité ceux des nourrissons. Ce rattrapage demandera probablement plusieurs mois pendant lesquels une augmentation de l’incidence d’infections potentiellement graves est à redouter.

Les Etats-Unis, confrontés aux mêmes dégâts collatéraux de la covid 19, ont cependant enregistré une certaine reprise au bout d’un mois des vaccinations du nourrisson alors que la couverture vaccinale des enfants contre la rougeole restait extrêmement basse (7).

Alors que les chercheurs du  monde entier s’activent pour la mise au point d’un vaccin dirigé contre le SARS-CoV-2  une enquête, via le web et anonymisée, confirme que l’hésitation vaccinale reste un problème majeur dans notre pays puisque 23 % des 3 259 adultes français participants n’ont pas l’intention de recevoir ce vaccin (8).

  1. WHO. Guidance on routine immunization services during COVID-19 pandemic in the WHO European Region, 20 mars 2020.
  2. Avis 2020-0025 du 1er avril 2020 du collège de la Haute Autorité de santé relatif au maintien de la vaccination des nourrissons dans le contexte de l’épidémie de Covid-19.
  3. R Nelson, COVID-19 disrupts vaccine delivery, Lancet Infect Dis, on line , 17 avril 2020.
  4. Avis n° 2020.0027/AC/SEESP du 8 avril 2020 du collège de la Haute Autorité de santé relatif à la vaccination contre le pneumocoque dans le contexte de tensions d’approvisionnement en vaccin Pneumovax et de l’épidémie de Covid-19 en France.
  5. EPIPHARE – Groupement d’intérêt scientifique (GIS) ANSM-CNAM. Usage des médicaments de ville en France durant l’épidémie de Covid-19 – point de situation après 5 semaines de confinement (jusqu’au 19 avril 2020)  rapport 2, 30 avril 2020.
  6. Académie nationale de Médecine : Calendrier vaccinal des nourrissons et covid 19, communiqué du 28 avril 2020.
  7. JM Santoli , Effects of the COVID-19 Pandemic on Routine Pediatric Vaccine Ordering   and Administration – United States, 2020 , CDC  MMWR , vol 69, 8 mai 2020.
  8. M Detoc, Intention to participate in a Covid-19 vaccine clinical trial ant to get vaccinated against Covid-19 during the pandemic, posted 27 avril 2020.

 

 

Retrouvez les actualités MesVaccins.net en ligne : accéder aux nouvelles sur les vaccins et accéder aux nouvelles de médecine des voyages.