« Il y a plus d’un an, on m’a contacté pour me proposer de déployer le NeuroCoach dans notre région, avec comme argument la facilité d’accès des pharmacies par les usagers et cela sur tout le territoire.

L’A.V.C. représente un coût d’environ 9 milliards d’euros par an (70 000€ / AVC – 130 000 AVC / an) et les pronostics les plus réservés annoncent que, si les facteurs de risque étaient connus suffisamment tôt, cette prévention primaire permettrait d’éviter 15 à 25% des AVC.

Nous avons lancé ce projet NeuroCoach au mois de septembre 2017 et les résultats sont extrêmement intéressants. Il s’inscrit pleinement dans les objectifs fixés par le ministère de la Santé en termes d’innovation et de prévention. Il répond aussi aux attentes en matière de vieillissement de la population, d’accès aux soins et de perte d’autonomie. Sans compter les autres possibilités de ce dispositif qui permettraient de mieux suivre certains traitements instaurés, sans obliger les usagers à se déplacer. Il peut aussi accompagner au mieux les médecins généralistes dans leur exercice au quotidien, peu importe leur localisation sur le territoire ».

Olivier Rozaire, Président de l’URPS Pharmaciens Auvergne Rhône-Alpes.

Ainsi, les pharmaciens participant au projet disposent d’un appareil Neurocoach à proposer à leurs patients.

C’est un appareil de mesure connecté qui s’utilise au cours de la nuit, durant le sommeil. À la suite de l’enregistrement, un compte-rendu d’analyses est établi.

Celui-ci présente les résultats concernant les 3 facteurs de risques :

  • la fibrillation atriale ;
  • l’apnée du sommeil ;
  • le système Nerveux Autonome.

L’URPS des pharmaciens fournit l’appareil, finance l’analyse des résultats et rémunère le pharmacien à hauteur de 20,00 € par analyse.

Vous êtes intéressé pour prendre part à ce projet ?

Contactez-nous !